Communiqué du 5 avril 2019 des Cercles Nationalistes Français

RÉPONSE A MONSIEUR JOHAN LIVERNETTE

 

____

 

« Merci de retirer votre communiqué de ce jour qui se base sur un courriel issu d’un piratage. Je vous avais pourtant informé du piratage de ma boîte mail dans un précédent message.

« Au lieu d’en tenir compte, vous avez préféré mettre cela sur la place publique…

« Sachez que moi aussi je pourrais très bien mettre sur Internet un courriel (en pièce jointe) particulièrement déplacé de votre part que vous avez envoyé, récemment dans mon dos, à la mère de mes enfants. Donc à votre place, je supprimerai immédiatement ce communiqué du 5 avril et je cesserai de jouer à ce jeu ridicule qui dessert à l’évidence la cause nationaliste.

« De plus, vous ignorez visiblement que mettre à la vue de tous des adresses e-mail (ce que vous avez fait avec Saglio, Bourbon et moi-même) passe sous le coup de la loi 91-646 du 10 juillet 1991.
Johan Livernette

 

____

 

  Monsieur,

 

      En réponse à votre nouveau message de ce jour, que je reproduis ci-joint pour la bonne compréhension des lecteurs, vous vous enfoncez-vous-même :

Comme pour le prétendu appel téléphonique que j’aurais fait selon vous à votre compagne et alors que vous m’assuriez que vous n’étiez pas l’auteur de cette accusation, vous récidivez en m’accusant d’avoir envoyé un mail à votre compagne. cf. copie ci-dessus :

        « Vous avez envoyé, récemment dans mon dos, à la mère de mes enfants« . 

Or, lorsque je lit le texte que vous m’imputez, deux choses sautent aux yeux : 

1° Je n’écris jamais Très chère Madame,

2° Je ne signe jamais « Monsieur Philippe Ploncard d’Assac » ….

C’est débile !

       Quant à votre allusion à la loi 91-646 du 10 juillet 1991 que je bafouerais en donnant votre mail, je ne fait que répondre à vos délires et en informer qui de droit.

       Pour rappel aux ignorants de ce que je vous reproche : 

       1° Il y a cinq ou six ans, vous m’avez contacté me proposant de faire des Entretiens avec vous sur la maçonnerie, le mondialisme etc…

       2 ° Puis, vous m’avez demandé pour vous aider financièrement, de pourvoir vendre mes livres moyennant une remise comme pour les libraires, ce que j’ai accepté.

       Parmi eux figurait mon livre La Maçonnerie.

       3° Lorsque j’ai constaté au bout de quatre mois que vous commenciez à faire des conférences sur le sujet sans citez les emprunts que vous faisiez à mon livre, j’ai rompu avec vous en vous en expliquant la raison.

       4° Loin de vous en excuser, vous avez persisté et lorsque vous avez publié votre livre La Franc-maçonnerie, 300 ans d’imposture, j’ai constaté à nouveau les nombreux emprunts que vous avez fait à mon livre, ne serait-ce que dans les expressions.

       Cela continue puisque dans votre dernière conférence sur le sujet, vous reprenez exactement la même définition de la maçonnerie dans mon livre et dans mes conférences sur le sujet …

       5° La meilleure preuve de votre plagiat, est que dans la liste des auteurs que vous avez consulté pour écrire le vôtre, vous vous gardez bien de mentionner le mien que vous avez pourtant vendu…, car ceux qui aurait été tenté de comparer les deux, auraient vite fait de comprendre…

      Tout cela vous le savez très bien et il semble que vous ayez d’étranges oublis lorsque vous allez « à confesse » …

      Si je prends la peine de faire ce rappel qui vous est douloureux, c’est uniquement à l’intention des personnes de bonne foi qui ne connaissent pas vos procédés.

      J’en resterai là, car je ne tiens pas à perdre davantage de temps avec vous, mais je tiens à ce que la vérité sur vos procédés soit connue.

      Quant aux prétendus messages téléphonique ou écrits que vous m’imputez, à moins que ce soit une accusation gratuite de votre part pour me discréditer, vous feriez bien de voir autour de vous qui pourrait vous en vouloir …

 

 

P. P. d’Assac

4 réflexions au sujet de « Communiqué du 5 avril 2019 des Cercles Nationalistes Français »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.