Archives pour l'étiquette Shoa

ph_ploncard_communiquejpg

Communiqué du 15 avril 2015 des Cercles Nationalistes Français

N’en déplaise à M. Le Pen, sa déclaration sur les chambres à gaz  un « point de détail de la IIème guerre mondiale », n’aura pas fait avancer la vérité sur ce « détail »…, mais l’aura escamoté.

Loin d’être un « point de détail », la façon dont sont morts les gens, Juifs ou autres, dans les camps, constitue le point central de la controverse sur la Shoa :

De dénutrition et du typhus comme nombre d’Allemands du fait du blocus allié, ou par gazage criminel ?

Cela, seule la reconstitution du crime sur base des trois éléments tangibles connus : les caractéristiques létales du Zyklon B, celles des baraquements désignés comme chambres à gaz homicides et le procédé de mise à mort tel que décrit lors du procès de Nuremberg, peut départager les deux camps.

Elle n’a jamais été faite or c’est la première fois dans l’histoire du crime, que des gens ont été jugés, condamnés et exécutés, uniquement sur foi des témoignages de la partie intéressée, sans reconstitution du crime imputé, sans évaluation de sa faisabilité technique, telle que rapportée.

 

Voilà ce que M. Le Pen a escamoté dans sa énième provocation au détriment du Front national, quoi que l’on pense de son équipe dirigeante actuelle.

Il n’est que de voir comment les médias se sont jetés sur sa déclaration, pour comprendre à qui elle a profité. Monsieur Valls a dû se frotter les mains.

 

Il y a quelques années, pour se dédiaboliser lui tout le premier, Monsieur Le Pen avait déclaré :

« Toute ma vie j’ai traîné l’extrême droite comme un boulet » et il se prétendait « seul héritier du gaullisme » (1), ce qui est totalement incompatible avec sa prétendue admiration du Maréchal Pétain.

Que Monsieur Le Pen me permette de le paraphraser :

« Il  y a des hommes que l’on « traîne comme des boulets » !

 

Ce n’est pas parce l’on rejette les influences néfastes qui jouent sur le Front national aujourd’hui, qu’il faut oublier qu’il y en avait autant au temps où M. Le Pen était aux commandes (1).

 

Alors de grâce, que l’on garde notre admiration pour d’autres plus dignes d’en bénéficier, et bonne chance à Marion Maréchal-Le Pen en PACA !

 

(1) P. P. d’Assac. Histoire d’une trahison. Éditions S.P.P.

P. P. d’Assac
Président des Cercles nationalistes français
sppdassac@hotmail.fr