Patriotisme, Nationalisme, Séparatisme

Conférence de Philippe Ploncard d’Assac du samedi 11 novembre 2017

3 réflexions au sujet de « Patriotisme, Nationalisme, Séparatisme »

  1. Monsieur Ploncard d’Assac,

    Je vous connais par mon père et je suit régulièrement vos interventions. Je viens d’une vieille et petite famille aristocratique de Bretagne, nous n’étions pas invités à la cour de Versailles heureusement.
    J’ai 43 ans et suis adjudant-chef au 16ème Bataillon de Chasseurs à Bitche en Moselle.
    J’entends bien vos propos et suis très en accord avec vous, cependant je voudrais émettre quelques remarques.
    Je crois que foncièrement l’armée a de mauvais officiers et ça vous ne le préciser pas, la majorité des nationalistes sont des sous-officiers et des militaires du rang et par expérience après 24 ans d’infanterie dont 7 années de chef de section, les hommes suivent un chef.
    Pour être allé au combat (ça se fait rare de nos jours) sur pas mal de théâtres, les soldats sont dévoués à un meneur d’homme. Combien de fois ai-je vu des décisions stupides de mon commandant d’unité ou de mon chef de corps !
    Ils sont devenu des courtisans comme sous Louis XIV et donc ça ne m’étonnes pas qu’ils soient touchés par les idées novatrices (franc-maçonnes) comme à cette belle époque des loges.
    Nous seront toujours trahit par nos « élites », mais depuis la renaissance, elles sont bien médiocres.
    De plus, pour voir le « petit » peuple dans les différents groupes ou sections que j’ai commandé, non les français de base ne sont pas des abrutis, les français des grandes villes le sont, mais les français des campagnes sont des enracinés.

    Respectueusement

    Un petit sous-officier d’infanterie

    1. Bonsoir à tous. Je pense personnellement que de nos jours, passé un certain grade, le carriérisme (peut être mêlé à la politique pour les officiers supérieurs ) et l’ambition personnelle passe avant tout! Pour moi, Hélie Denoix de Saint Marc reste un exemple! Un exemple que tous militaires du rang n’hésiteraient pas à suivre jusqu’au bout….

  2. Sur la Bible :
    Oui, la Bible est un Livre sacré. Voici pourquoi et comment.

    Dès l’âge de 12 ans Jésus était resté parmi les docteurs de la Loi à Jérusalem.
    Puis Jésus cite Isaïe qui avait « joliment prophétisé sur les Pharisiens ».
    Pendant sa Passion, Jésus, qui ne perdait pas le nord,
    s’est arrangé pour « accomplir » de nombreux détails prophétisés.
    Après sa Résurrection, Jésus explique aux 2 disciples d’Emmaüs,
    « en commençant par Moïse », tout ce qui le concernait dans la Bible, etc, etc.
    Ensuite Saint Irénée, dans sa « Demonstratio »,
    démontre en détail la Vérité de la prédication des Apôtres, à l’aide de l’Ancien Testament.

    Cela fait au moins 6.000 ans que Dieu poursuit son Projet de nous tirer du Péché Originel,
    parce qu’il SAIT que nous ne pouvons pas en sortir par nos propres forces.
    Il le fait avec une constance et une patience rares, qui n’appartiennent qu’à Lui.

    En effet, pour qui sait voir, rien n’est plus visible que le Péché Originel.
    Il suffit d’assister à l’une de nos élections !
    En apparence, tous les candidats sont « laïques » et prétendent se passer de Dieu.
    Mais tous sentent que quelque chose ne va pas,
    et tous promettent de nous faire des Paradis sur Terre
    (le communisme, le mondialisme, etc),
    Bien entendu, ces paradis ne se concrétisent jamais, et pour cause,
    puisque les politiques eux-mêmes sont tous corrompus
    (menteurs, voleurs, débauchés, drogués, etc, et surtout charlatans !).

    Ceci dit le « biblisme » des protestants n’a rien à voir avec celui des catholiques.
    Le « biblisme » arrange les protestants parce qu’il leur permet
    d’arranger les choses librement, à la façon des « libres penseurs »
    dont ils sont les ancêtres..
    Je ne connais pas le « biblisme » des juifs (et je ne peux donc pas en parler).

    Ce n’est donc pas être « mondialisé » que de lire l’Ancien testament.
    Mais il faut le lire à partir du Nouveau, sinon il égare vers une religion désincarnée,
    tout à fait opposée à ce que Dieu veut de façon constante,
    par l’Incarnation, par l’Eucharistie,
    et par la Vie de prière et l’union à Lui,
    sur laquelle insiste l’Evangile de Jean,
    qui attaque par l’épisode de Nicodème, au contraire des synoptiques.

    Dieu a commencé par Abraham, pour aboutir à l’Exode,
    et former un Peuple ayant des comportements pré-chrétiens,
    qui fourniraient ensuite à Jésus les foules nécessaires
    pour partir à la reconquête de l’Humanité.
    La manœuvre est très bien vue !

    Avant Abraham, il y aurait eu d’autres tentatives (Noé)
    on ne sait pas trop comment ça s’est passé.
    En fait, les rédacteurs de la Genèse
    y ont résumé leur expérience de Dieu et du peuple Juif
    par des conclusions qui sont nettement postérieurs à l’Exode.
    (je tiens ce détail d’un religieux aujourd’hui décédé,
    et il faut absolument vérifier ses dires et les confirmer)

    Précisions : je ne suis pas théologien.
    Si vous en connaissez, je serais donc heureux
    que vous puissiez leur soumettre mon point de vue,
    et qu’ensuite vous en rendiez compte par le moyen qu’il vous plaira.

Laisser un commentaire