NOTRE MÉMOIRE ! LE 3 JUILLET 1940, MERS-EL-KEBIR

NOTRE MÉMOIRE ! LE 3 JUILLET 1940, MERS-EL-KEBIR

Le 3 juillet est le sinistre anniversaire de l’attaque par les Anglais, de la flotte française, désarmée, à Mers el-Kébir.

C’est Churchill qui décida de cette opération contre l’avis de ses amiraux qui l’estimaient ignoble, prétexte repris par De Gaulle qui avalisa ce carnage et cette forfaiture.

Or les fleurons de la marine française réfugiés en Afrique du nord étaient désarmés en accord avec les conditions de l’Armistice et de ce fait c’était mépriser l’honneur des officiers français.

Dès le 20 juin 1940, l’Amiral Darlan qui sera assassiné au profit de De Gaulle, avait adressé à tous les commandants de navires et de ports des instructions chiffrées :
“Ils ne devaient jamais abandonner aux Allemands un bâtiment intact”.
Ce qu’il confirmait quatre jours après l’Armistice.

L’Amiral anglais Somerville n’était pas sans savoir que notre flotte n’accepterait jamais de se placer sous la coupe de la Royal Navy comme l’exigeait l’ultimatum qu’il fit remettre à l’amiral Gensoul, commandant du port.

Les Anglais savaient donc pertinemment que les Français refuseraient ces conditions en rupture avec les Accords de l’Armistice.

Il était donc de l’ intention du Gouver-nement britanique de détruire la flotte française !

Après des pourparlers qui ne pouvaient pas aboutir, vers 18 heures, un déluge de feu s’abat sur les croiseurs, les cuirassés, un porte-hydravions, six contre-torpilleurs, causant la mort de 1.300 Français.

Seul un bâtiment en réchappera.

Ainsi, les plus lourdes pertes en hommes et en navires de notre marine, sont dues aux canons lourds des cuirassés et croiseurs anglais venus les attaquer au mouillage de Mers el-Kébir.

En outre, beaucoup de ces marins avaient leurs familles à Brest sous les bombes anglaises …

Quelques mois plus tard, pour échapper aux Allemands tout en refusant de se livrer aux Anglais, une autre partie de la flotte française se sabordait.

-*-

Leçon de l’Histoire, si le maréchal Pétain n’avait pas été encore sous l’emprise de la camaraderie de guerre de 14-18 et sans doute d’un antigermanisme émanant de la phobie anti-allemande d’un Maurras, après une pareille traîtrise, la France aurait dû effectuer un renversement d’alliance.

C’eut été aussi une leçon aux Anglais, entre autres de Mers-el-Kebir et de leur abandon de nos soldats à Dunkerque !

C’est là que s’est trouvé le tournant de la IIème guerre mondiale, car le renversement d’alliance modifiait le rapport de forces et aurait sans doute découragé les Américains d’entrer en guerre.

Le prestige de Pétain auprès d’Hitler qui nous avait déjà valu des conditions de redditions atténuées, aurait aussi aidé à la fin de la guerre.

Les Anglais restant seuls, l’Allemagne aurait pu rassembler ses forces contre l’Union soviétique.

Ni l’Europe, ni la France ne seraient devenues vassales de l’empire américano-sioniste qui tend à détruire les nations pour imposer leur Nouvel Ordre mondial messianique.

À quoi tient l’Histoire et notre destin…!

P.P.d’Assac


Retour à l’accueil Retour vers « Documents pour l’histoire »

Connexion

Mot de passe oublié?

Already registered? Connexion


Register

Mot de passe oublié?