Communiqué du 19 juillet 2017 des Cercles Nationalistes Français

Le général Pierre de Villiers, Chef d’État major des Armées vient de démissionner.

Devant une nouvelle coupe budgétaire de près d’un milliard euros, après celles en cascades imposées par les Sarkozy et Hollande, le général de Villiers avait estimé lors de son audition devant les députés sur les problèmes de l’Armée, que trop c’est trop et qu’il ne pouvait couvrir de son autorité cette décision politique mettant en dangers nos troupes sur les différents théâtres d’opérations, par manque du renouvellement du matériel.

Furieux d’être contredit, le nouveau Président de la République, Emmanuel Macron, avait perdu toute mesure lui répondant sèchement :
Je considère qu’il n’est pas digne d’étaler certains débats sur la place publique”.
Je n’ai besoin de nulle pression et de nul commentaire”.

Il démontrait ainsi son peu de soucis envers la sécurité de nos soldats, ce qui de la part de cet élu des lobbies antinationaux et mondialistes, ne peut nous surprendre.

La question se pose : Le général de Villiers devait-il démissionner, ou bien rester pour continuer à s’opposer à la politique de démantèlement de l’Armée française ? Certes, il a agi en homme d’honneur en refusant de couvrir cette décision, mais en pratique, n’eut-il pas été préférable de refuser désormais toute nouvelle mission militaire imposée par le pouvoir politique pour des intérêts fort éloignée des intérêts nationaux ?

N’eût-il pas été préférable de jouer la partie de bras de fer, qu’affectionne si fort le coquelet qui nous gouverne désormais ?

Il semble que l’institution militaire, piégée par la fausse notion de « devoir de réserve » qui n’existe dans aucun manuel militaire, n’ait toujours pas compris que la République et ce qu’il y a de sous-jacent derrière elle, a peur de l’Armée, l’amoindrit dans ses effectifs, dans son matériel et la fatigue par des tâches qui ne sont pas les siennes, telle la prétendue protection des citoyens devant le terrorisme, si commode pour imposer la restriction de nos libertés.

En outre, le mélange des origines ethniques et religieuses dans ses rangs, fait que l’Armée française n’a plus aucune homogénéité et qu’en cas d’insurrection des banlieues on craint ce qui pourrait se passer.

Pour en revenir à la démission du général Pierre de Villiers, disons qu’elle a eu du panache, mais le Pouvoir s’en moque qui nommera un général de tout repos, franc-maçon ou catholique béni-oui-oui, comme le fut le général Benoît Puga (1). Rappelons aussi que le 11 mai 2015,que le général de Villiers avait reçu à Matignon en présence de Manuel Valls et Gilles Clavreul) une Hanoukia de la part de la « Conférence des rabbins européens« , groupe communautariste particulièrement engagé en faveur d’Israël et qu’il avait été chargé de la force Sentinelle au lendemain des étranges attentats de janvier 2015, accusée de passivité devant le Bataclan lors de l’attaque du 13 novembre 2015. Cf.

 

« LAÏCITÉ » : QUAND LE GÉNÉRAL DE VILLIERS ACCEPTAIT D’ÊTRE RÉCOMPENSÉ PAR DES RABBINS ÉTRANGERS. Mercredi 19 juillet, le…

Publié par Panamza sur mercredi 19 juillet 2017

 

Il ne semblait donc pas hostile à la politique menée par le Système.

Il ressort donc de la démission du général de Villiers, qu’à nouveau c’est uniquement la réduction des crédits militaires qui fait bouger la hiérarchie de l’Armée, pas l’orientation politique anti nationale du Pouvoir, comme je l’ai dénoncée dans mon livre L’armée française face à la destruction de la nation (1). Tant que la partie saine de l’Armée n’aura pas compris que le Pouvoir et ce qui se cache derrière, sont ses ennemis, comme ceux de la France, parce que par sa nature elle est garante de la pérennité de la nation, elle continuera, comme la nation, d’être la cible des politiques, pour les besoins du plan mondialiste.

La seule solution devant cette évidence, c’est celle que les armées, portugaise, puis espagnole, avaient été forcées d’adopter devant la destruction de la nation par le pouvoir politique, le coup d’État militaire appuyé par les forces vives de la nation (1).

Philippe Ploncard d’Assac
Président des Cercles nationaliste français.

12 réflexions sur “ Communiqué du 19 juillet 2017 des Cercles Nationalistes Français ”

    1. perso je partage toujours le fond, la forme et les analyses a 100%.
      Général de Villiers est comme son frère et tellement d’autres, il flirte avec  »la communauté » de façon étrangement voyante. Donc un collabo ou sans doute en fait partie !

  1.  »Rester pour s’opposer à la politique de démantèlement de l’Armée »?  »Jouer une partie de bras de fer » ? Le général de Villiers n’a pas eu le choix, on lui a demandé de partir.

    1. C’est fou comme pour beaucoup et même dans nos milieux, ça reste un réflexe et une évidence de s’exécuter dès qu’on nous dit quelque chose. Les gens disent souvent j’ai pas le choix mais on n’est obligé de rien.

      1. Dans nos milieux, on n’est pas capable d’infiltrer le système et de le détruire. Depuis le temps que la doctrine nationaliste est enseignée, on aurait du produire, depuis un certain temps déjà, un CEMA capable de faire un coup d’état. Ce n’est pas le cas, alors au travail les virtuoses du clavier ! C’est vrai, on n’est obligé de rien.

      2. C’est vrai, nous sommes obligé à rien !! Beaucoup n’ont pas cette conscience ! Beaucoup sont incapable de se rendre compte qu’ils peuvent tout changer ! Que tout peut changer d’un instant à l’autre et que demain peut être tout autre ! Les cerveaux sont à ce point formaté, que les gens vivent à côté de leurs vies et qu’ils ne font que faire, ce que les plus puissant, les plus riche leurs commandent de faire ! Ils croient avoir des idées, alors qu’ils n’ont que les idées qui leurs sont imposés ! Ils croient aimer, alors qu’ils aiment ce que l’on leur commande d’aimer ! Et le pire c’est qu’ils ont l’arrogance de se croire unique et exceptionnel ! Jamais nous n’avons été si bas …

  2. Le coup d’Etat

    Oui, s’il y a un minimum de consensus populaire derrière, sinon c’est s’exposer au ridicule d’une insurrection mal suivie et à une répression dont les conséquences peuvent être pires que la soumission provisoire et partielle à un régime détestable.

    Il faut que les chances de réussite soient raisonnables,que les moyens employés ne soient pas contraires à la morale et que le régime que l’on veut mettre en place soit meilleur que régime que l’on veut abattre (ce qui n’est pas forcément le cas).
    Donc cela doit inciter à la prudence, pas à l’inaction interminable dûe à la paresse et aux intérêts légitimes mal compris.

    Pour le reste Ploncard d’Assac a raison, il incite à mûrir son action.

    Cordialement.

  3. Monsieur Philippe Ploncard d’Assac…..je suis très très agréablement « surpris »….(et à vous lire depuis pas mal de temps)….pas des plus que ça….de citer Panamza et son très sérieux journaliste Hicham Hamza….. que je « lit » depuis fort longtemps….!….je « contrôle » le plus que je peux ce médias….tout est vérifié…comme un journaliste sérieux doit faire !….on est loin de tous les « médias » mainstream et leurs monologues d’États !

    amicalement patriotique !

  4. Pour l’instant sagesse, formation, lectures, mise en forme physique, randos, cartographies, et surtout éviter les provocations mise en œuvre par l’adversaire, qui n’attend qu’une fausse manœuvre, pour comme disait jadis Charles le Mauvais « les réduire » (1961) penser à l’insurrection de Dublin à la pacques de 1916, ils furent écrasés par les troupes d’occupations Britanniques en quelques heures.

    Encore Merci pour vos superbes entretiens & conférence vivement Octobre pour vous retrouvé.

  5. Soyons honnêtes:

    1. La France est très contente d’être lidérée par les EE.UU. dans le vol des ressources des autres pays. Il l’est très convenable de former partie de la camarilla atlantiste, même à titre de vassal.

    2. Le monde est divisé dans deux champs: les pays riches en ressources et les pays pauvre en ressources. La France, en tant que pays parasite des ressources d’outre-mer et donc, appartennant au premier champ, doit rester dans ledit champ, le champ atlantiste. Elle ne peut pas se permettre de forger des alliances avec l’autre champ, comme les BRICS, l’Iran, le Venezuela, la Syrie, etc., du fait que la France à besoin de les voler pour survivre.

    Imaginons que la France veut se débarrasser du control atlantiste et devenir un ami des pays producteurs de ressources. La Russie, par exemple, lui dirait: « D’accord, soyons amis. Naturellement, vous, Francais cesserez vos interventions militaires et le vol de ressources (en minusculle: « et, par consequent, vous deviendrez un pays du cinquème monde »).

    3. Donc, la France, pour ne pas devenir un pays pauvre, doit continuer à appartenir au gang des EE.UU. et essayer de mantenir la superiorité atlantiste coute que coute. Cela implique un risque énorme de disparition, du fait que le système financier pilier du pouvoir de l’Occident est sur le point de s’effondre et que son ancienne superiorité est presque disparue.

    Les options sont alors 3:

    a. Accepter le nouveau rôle de la France comme pays du cinquième monde et vassal d’autres.

    b. Essayer de maintenir le contrôle mondial en faissant face à l’essor des pays du champ des pays possesseurs de ressources (tension actuelle de l’OTAN et Russie-Chine et futur conflit) et gerer l’effondrement du système financier (restrictions de libertés, Guantanamo financier de la monnaie électronique, réfprme du code de travail, COUPES BUDGÉTAIRES,etc.).

    c. S’intégrer dans un des pôles des pays riches en ressources en tant que nullité, bien entendu, ce qui impliquerait dissoudre la France dans un ensemble plus vaste avec, d’une part, une perte d’identité et de pouvoir de décision indépendente et, de l’autre, un gain de richesse et la durabilité et viabilité de ce qui restait de la France. Cette option tire profit des lois de l’univers auxquelles on ne peut pas vaincre: changement évolutif, s’adapter ou mourir. Peut être que de côté de la religion la France ait une opportunité. La Russie pourrait avoir un geste charitable envers les Chrétiens de la France. Ou le même geste pourrait venir du monde musulman à mode de clin d’oeil à une partie de la population française.

Laisser un commentaire


Retour à l'accueil